Se concentrer sur ce qui connecte et non sur ce qui sépare

29 avril 2022 - 0 commentaires

Il n’est plus un secret pour personne que l’Homme est un animal social. Et dans un monde prônant l’individualisme, les échanges et les connexions sont d’autant plus essentielles. Alors comment se concentrer sur ce qui connecte avec le monde qui nous entoure ? Avec les gens qui nous épaulent ? Cette connexion peut porter avec elle de nombreux bienfaits insoupçonnés ; il ne tient qu’à vous de venir les découvrir et les expérimenter ensuite !

 

Ce qui sépare : lindividualisme est différent de lindividu

Dans un premier temps, il m’a semblé nécessaire de faire la distinction entre l’individu et l’individualisme. Car s’ils sont étymologiquement liés, les deux sont pourtant bel et bien différents. L’individualisme représente un concept qui se traduit par un comportement égoïste, tourné vers soi. Il s’agit d’un « moi, je » qui est alors appliqué à une majorité d’aspects de la vie. Pour autant, l’individu en soi n’est pas une mauvaise chose.

L’individu, c’est la somme totale de tous les traits, toutes les caractéristiques de ce qui compose un être humain. Autrement dit, c’est la personne en elle-même. Et ça, nul ne peut l’effacer ! Le fait que nous soyons tous des individus à part entière contribue à nous rendre uniques. Mais il ne s’agit toutefois pas de prôner cet aspect unique comme meilleur qu’un autre. Le monde est suffisamment rempli d’inégalités pour que l’on s’en rajoute une couche par nos soins !

Ainsi, l’individu se distingue aisément de l’individualisme – qu’il créé pourtant parfois. L’individualisme aura tendance à creuser un fossé entre soi et les autres, là où l’individu peut au contraire représenter la clé pour pouvoir se connecter avec autrui.

 

Pourquoi vouloir « se connecter » ?

Dans un monde profondément basé sur des concepts comme la productivité, la compétition ou encore l’individualisme, il est important de pouvoir se sentir ancré dans quelque chose. Même si être indépendante avec de l’hypnothérapie à Paris est important, avoir une connexion sociale est primordiale. Que ce soit un groupe social ou un endroit en particulier, c’est primordial de pouvoir se sentir bien le plus souvent possible.

Se connecter, c’est quoi ?

Il n’y a pas de définition précise pour ce concept. Néanmoins, la connexion se caractérise par « le fait d’être lié plus ou moins étroitement à quelque chose ou quelqu’un » (selon le Larousse). Il y a donc, dans la connexion, une volonté de se lier, d’être en lien avec une personne ou un objet. Vouloir se connecter pourrait alors être défini par la volonté ou le besoin d’être en phase avec une personne ou un objet.

 

Se connecter avec le présent

Mais avant toute chose, la connexion, c’est aussi et surtout le besoin de certaines personnes de s’ancrer dans le moment présent. Lorsque l’on est à l’aise avec un groupe d’amis ou sa famille proche, il est alors plus facile de profiter du moment présent. Car si le passé a tendance à être porteur de troubles comme la dépression et que le futur est surtout une immense source d’angoisse, le présent, lui, représente une forme de quiétude.

Vouloir se connecter peut alors être synonyme de la prise de conscience du moment présent.

 

Comment se connecter ?

La connexion peut passer à travers différents outils, exercices ou encore divers aspects du quotidien.

Rester ouvert quand on sort de chez soi : Beaucoup de personnes s’échappent sous une capuche et une pair d’écouteurs. Parfois, il est tout aussi bien de rester attentif/ ve au monde qui nous entoure. Peut-être une personne aura-t-elle besoin de la place assise que vous occupez dans le bus ? Peut-être une dame aura-t-elle besoin d’aide pour rapporter ses courses chez elle ? C’est alors l’occasion de rester ouvert aux différentes situations qui peuvent se présenter.

Se connecter avec les gens : il arrive à tout le monde de passer une mauvaise journée. Mais parfois, laisser passer une personne sur un passage piéton ou encore dire « bonjour » avec un grand sourire peut changer la donne. Se connecter avec les gens qui nous entourent, c’est aussi être attentif à eux. Et surtout, ne pas se retenir de leur partager un bout de votre présent !

Se connecter avec la nature : dans des villes qui ne font que s’agrandir et des campagnes qui renferment le calme, de plus en plus de personnes ont besoin de se retrouver au plus proche de la nature. Si ce besoin –ou cette envie- se fait ressentir, n’hésitez plus ! Courrez dans le parc le plus proche pour profiter au mieux de la beauté que la nature offre. C’est très bon pour le moral, ça libère de l’endorphine et ça permet de se reconnecter à soi et au monde qui vous entoure. En effet, la nature est une force sur le bien-être comme de l’hypnose contre le stress.

Se connecter à soi : c’est sûrement la partie la plus délicate de l’exercice de connexion –surtout pour les esprits rêveurs qui ont tendance à s’échapper ! Mais les esprits plus pragmatiques, s’ils sont bien ancrés dans le présent, ont également parfois du mal à en jouir. Se connecter à soi peut passer à travers des inspirations, ou bien les cinq sens (vue, toucher, goût, odorat et ouïe). Il s’agira alors de bien s’ancrer dans le présent, que ce soit en dégustant un muffin au chocolat ou en sentant les premières odeurs de terre humide que l’automne apporte !

 

Tips en plus !

Il est également possible de se connecter à –et avec- d’autres choses !

Les cinq sens :  là encore, les cinq sens seront vos meilleurs alliés pour vous figurer le présent tel qu’il est, et être capable de l’apprécier dans toute sa valeur. Chaque sens porte en lui la délicatesse du détail. De quoi nourrir les souvenirs pendant encore de longues années ! Mais plus encore, c’est la connexion au monde qui vous entoure qui se solidifie, s’ancre davantage et devient à son tour inoubliable.

La curiosité : c’est sûrement votre plus grande alliée dans la vie. Grâce à elle, vous pouvez vous intéresser à tout, vous tourner vers tout le monde, et ne jamais cesser de vous émerveiller devant la beauté du monde.

La parole : cela peut sembler bien évident, mais nous sommes les seuls animaux sur la planète à pouvoir parler –et pourtant on a parfois du mal à communiquer ! Alors profitez-en ! Osez prendre la parole en public en vous aidant de l’hypnose pour la confiance en soi! Parlez, chantez, chuchotez, riez ! Et surtout, n’arrêtez jamais de partager. C’est aussi comme ça qu’il est possible de créer des connexions et de les entretenir tant dans le présent que dans l’avenir !

 

En quelques mots…

Les connexions sont multiples et variées. Il en existe autant qu’il existe de personnes sur Terre et de liens qui les unissent. Les connexions sont importantes pour s’ancrer dans le réel et trouver une place dans les groupes sociaux que l’on est amené à côtoyer au cours de sa vie. et si les connexions avec les autres et le monde sont d’une importance indéniable, il va sans dire que la plus capitale reste encore la connexion que l’on tisse… avec soi-même. Apprendre à s’aimer avec de l’hypnose de confiance en soi reste un élément essentiel sur le bien-être.

De mon côté, je suis Charlotte Vallet, hypnothérapeute et experte en neurosciences à Paris. Je propose des séances d’hypnose et des soins thérapeutiques du corps et du visage (drainage lymphatique par exemple).

Vous pouvez prendre rendez-vous sur Doctolib.

Vous pouvez en apprendre davantage sur moi en écoutant le podcast dans lequel j’ai été interviewée ou en écoutant mon podcast Combattantes.

Enfin, je propose également des retraites bien-être qui permettent de se (re)découvrir et de tisser, le temps de quelques jours, des liens étroits avec soi-même et ce qui nous entoure. Au plus proche de la nature, venez découvrir loin du quotidien tous les trésors qui se cachent en vous. Pour en savoir plus, c’est par ici : https://www.charlottevallet.fr/produit/retraite-nouveau-depart-renaissance-normandie/

Revenir au Blog

Partager :

Laisser un commentaire

Autres articles