Le jeûne intermittent : est-ce fait pour moi ?

10 décembre 2021 - 0 commentaires

Depuis de nombreuses années, les régimes n’ont cessé de se succéder, être promus puis testés, avant de sombrer dans l’oubli. Notre époque ne fait pas exception à la règle, et aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le jeûne intermittent. Nouvelle manière de s’alimenter, le jeûne intermittent est-il vraiment efficace ? Y a-t-il des effets indésirables ? Et surtout, est-ce que tout le monde peut se lancer dans le jeûne intermittent ? Zoom sur une pratique qui se popularise mais dont on ne connaît pas toujours tous les détails.

 

Origines et définition du jeûne intermittent

Comme son nom l’indique, le jeûne intermittent consiste à déterminer des périodes durant lesquelles il sera possible de manger, et d’autres, durant lesquelles on ne mangera pas. Il existe différentes formes de jeûne intermittent (fasting, jeûne alternatif, jeûne modifié…etc.). Mais toutes ces méthodes, si elles changent dans le détail, demeurent cependant similaires sur la forme et le fonctionnement.

Historiquement, le jeûne a toujours été pratiqué. Que ce soit pour une raison religieuse (carême, ramadan…) ou pour des combats sociétaux ou politiques (grèves de la faim…etc.), le jeûne est présent depuis longtemps dans notre société. Mais le jeûne intermittent en tant que tel n’a été popularisé que très récemment, puisque cela date des années 1943, année à laquelle remontent les premières études réalisées sur ce type de régime.

 

Les différents types de jeûne

Il existe différentes façons de jeûner. Et que le jeûne soit total, partiel ou momentané, il est important de connaître les détails de chacun.

Le jeûne alternatif : cette façon de jeûner consiste à ne pas manger sur des périodes de 24h. Il est ainsi possible de manger de façon habituelle le lundi et le mercredi, et de jeûner le mardi et le jeudi.

Le jeûne modifié : pour cette alternative, il ne s’agit pas exactement d’arrêter de se nourrir. Toutefois il s’agit de choisir un ou plusieurs jours par semaine durant lesquels l’apport calorique sera alors réduit. Par exemple, si vous avez l’habitude de manger 2000 cal/jour, les jours choisis, il vous faudra réduire ce chiffre à 25% du nombre total, soit 500 cal/jour.

Le jeûne limité dans le temps : pour cette manière de jeûner, il s’agit de se concentrer non pas sur les moments où l’on ne mange pas, mais ceux auxquels il sera possible de manger. Autrement dit, au cours d’une journée, il s’agira de déterminer dans quelle fenêtre vous pourrez vous nourrir, alternant ainsi avec des périodes de jeûne de plusieurs heures, pouvant aller jusqu’à 20 heures (ce qui conduit à manger, par exemple, uniquement entre 12 et 16 heures).

 

Les bienfaits du jeûne pour le corps

À l’ère de la « malbouffe » et de la surconsommation, il est parfois fastidieux de trouver l’équilibre entre gourmandise, envie de consommer et besoins réels du corps. C’est ce pourquoi le jeûne intermittent peut être une solution intéressante. Il possède en effet de nombreux bienfaits pour le corps, contrairement à ce que les consciences collectives pourraient penser (qui a dit qu’on ne pouvait pas être en bonne santé sans manger trois fois par jours ?). Ainsi, le jeûne intermittent permet notamment :

  • De diminuer la production d’insuline dans l’organisme ;
  • De baisser le stockage des graisses en stimulant le corps qui se sert dedans ;
  • D’offrir au corps la possibilité de nettoyer l’organisme entier ;
  • De baisser le temps de récupération dont le corps a besoin, ce qui améliore nettement les facultés physiques et mentales ;
  • De diminuer le vieillissement prématuré des cellules et donc l’oxydation de celles-ci ;
  • De réduire le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, et le mauvais cholestérol ;
  • De favoriser la reconnaissance du sentiment de satiété ;
  • Et parfois, il permet aussi de brûler des graisses et donc de perdre du poids plus facilement (attention toutefois, il ne s’agit pas d’arrêter de manger !).

Ainsi, le jeûne intermittent offre de nombreux bienfaits sur le corps humain et son fonctionnement. Il est cependant important de bien noter qu’en aucun cas, le jeûne intermittent ne soigne une maladie, ni fait instantanément maigrir ou offre les clés de la jeunesse éternelle. Il s’agit simplement de cures possibles et envisageables, qui, si elles sont réalisées avec sérieux et sans privation, porteront leurs fruits.

 

Les inconvénients du jeûne intermittent

Comme tout sujet dans la vie, le jeûne intermittent possède également le revers de sa médaille si attrayante. Et pour cause, s’il présente de nombreux bienfaits pour le corps, cela ne l’empêche pas d’avoir aussi ses mauvais côtés. Voici quelques-uns de ses désavantages :

  • Bien que ce soit l’effet inverse qui soit recherché, il arrive cependant que parfois, le corps stocke des graisses durant la période de jeûne intermittent ;
  • Une mauvaise haleine peut également survenir durant les périodes du jeûne, ou les quelques heures où il dure ;
  • Une fonte musculaire est un risque non négligeable également, surtout pour les personnes qui seraient cardiaques ;
  • Les risques de troubles du comportement alimentaire (TCA) peuvent également découler de cette pratique, ou encore être renforcés à cause du jeûne intermittent.

Ainsi, si les bienfaits du jeûne intermittent sont indéniables, il est également très important de prendre en compte les risques que cette pratique peut présenter. Ils sont nombreux et portent davantage de conséquences que le simple fait de s’alimenter trois fois par jours.

 

Y a-t-il des contre-indications ?

Le jeûne intermittent, avec ses avantages et ses inconvénients, présente également quelques contre-indications. En plus de lever le voile quant à la question « est-ce fait pour tout le monde ? », le jeûne intermittent peut surtout s’avérer dangereux pour certaines personnes. C’est notamment le cas pour les personnes souffrant de :

  • Dépendance à la drogue ou à l’alcool ;
  • Les personnes anorexiques ;
  • Ayant un IMC inférieur à 18 ;
  • Les femmes enceintes, ou celles qui allaitent ;
  • Les enfants ;
  • Les personnes qui ont une maladie de reins.

De manière générale, il est important de demander l’avis de son médecin avant de commencer une période de jeûne intermittent. Les risques sont, autrement, parfois complexes, et les conséquences, graves.

 

Les erreurs à éviter pendant le jeûne intermittent :

  • Manger en plus grande quantité durant les périodes de prise alimentaire ;
  • Ne pas boire assez d’eau (qui permet d’éliminer les toxines) ;
  • Se fixer des objectifs trop difficiles à atteindre ;
  • Jeûner pour maigrir (ce n’est pas sa fonction principale !).

 

Ainsi, le jeûne intermittent est une pratique qui peut permettre de trouver l’équilibre entre ses besoins réels et l’alimentation à laquelle on est parfois habitués. Mais le jeûne intermittent est loin d’être un jeu : s’il est envisagé, il doit l’être avec recul et conscience, toujours. Il est important de ne pas le pratiquer dans le seul et unique but de perdre du poids ; pour cela, il y a tant et d’autres façons de procéder !

Je suis Charlotte Vallet, hypnothérapeute et experte en neurosciences à Paris. Si vous souhaitez perdre du poids, l’une des solutions pourrait bien être de programmer des séances d’hypnose. Je suis aussi spécialisée dans les soins thérapeutiques du corps, comme le drainage lymphatique ou le drainage du visage. Vous pourriez trouver votre bonheur… !

N’hésitez pas à prendre rendez-vous sur Doctolib.

Et vous pouvez en apprendre davantage sur moi en écoutant le podcast dans lequel j’ai été interviewée ou en écoutant mon podcast Combattantes.

Enfin, j’organise depuis peu des retraites bien-être durant l’année. Celles-ci servent à prendre du recul, mais aussi du temps pour soi ; à privilégier le moment présent les notions de partage dans une bienveillance totale. Si vous souhaitez plus de précisions, c’est par ici : https://www.charlottevallet.fr/produit/reconnexion-puissante-en-pleine-nature/

 

Revenir au Blog

Partager :

Laisser un commentaire

Autres articles